© 2023 by EMILIA COLE. Proudly created with Wix.com

Je propose un stage intitulé "Souffler autrement", inspiré de mon expérience et de ma pratique. Il s'adresse aux instrumentistes à vent et aux chanteurs souhaitant approfondir leurs connaissances au sujet de la respiration et de la posture, et apprendre à souffler et chanter sans se faire mal. A tous ceux qui désirent explorer la dimension vibratoire du son et faire le lien entre la voix chantée et l'instrument, au travers d'une approche corporelle.

Prochaine date: 26 Octobre 2019 à Paris
Descriptif détaillé de l'atelier

A QUI S'ADRESSE CET ATELIER?

 

• Principalement aux instrumentistes à vent, mais également aux chanteurs et aux autres instrumentistes de

tous niveaux, désirant aborder ou approfondir leurs connaissances au sujet de la respiration, de la façon de souffler et de gérer l’air dans leur pratique instrumentale.

 

• Egalement aux personnes qui souffrent de douleurs ou de problèmes de dos, et désirent apprendre ou réapprendre à souffler en toute sécurité, en protégeant leurs lombaires et l’ensemble de leur sangle abdominale.

 

• Aux personnes qui désirent faire le lien entre la voix chantée et l’instrument, et découvrir comment le travail sur les résonances dans le corps et les harmoniques peut faire évoluer l’appréhension de leur propre son, leur écoute et leur musicalité.

 

• A toute personne désirant faire un travail spécifique sur le corps pouvant fluidifier et faire progresser son rapport à l’instrument.

 

 

CONTENU DU STAGE

 

• CORPS:

 

Eléments de Relaxation, QI Cong, Yoga, Technique Alexander

Méditation et visualisations

Respiration

 

• VOIX:

 

Travail sur les harmoniques

Visualisations et chant sur les centres énergétiques (Chakras)

 

• INSTRUMENT :

 

Travail sur la posture

Apprendre à souffler en se protégeant le dos

Travail sur les harmoniques naturelles et les résonances dans le corps

Visualisations sur des difficultés techniques

Jeu en groupe

 

 

 

MON EXPERIENCE

 

Après 20 ans passés à pratiquer le saxophone de manière professionnelle, je me suis rendue compte que je n’avais presque jamais appris à souffler. Des problèmes de dos sérieux m’ont amenée à réfléchir à la question et à expérimenter diverses approches corporelles qui m’ont aidée (Kinésithérapie, Qi Cong, Yoga, Technique

Alexander par exemple).

Je me suis finalement entendue dire que je soufflais « à l’envers » depuis tout ce temps. J’ai dû réapprendre ce geste que je pensais simple, naturel et allant de soi. Dans l’enseignement que j’avais reçu, les indications que ce plan se sont souvent limitées à « respire avec le ventre », « souffle vers le bas », ce qui s’est avéré assez dommageable

par la suite.

J’ai donc pris conscience que cette absence d’informations représente un gros manque dans l’enseignement tel qu’il a été pratiqué.

Par ailleurs, je me sentais poussée vers la voix, soit parce que j’avais écrit beaucoup de chansons que je souhaitais chanter, soit parce que je sentais intimement que le chant allait être un élément important, sinon central, de ma guérison.

 

Mes problèmes de dos m’ayant obligée à rester longtemps

alitée, j’ai commencé à pratiquer la méditation, la visualisation, ou le chant thérapeutique, guidée par des livres des enregistrements audios, puis des praticiens que j’ai rencontrés sur mon parcours.

Je me suis intéressée aux Chakras, les centres d’énergie de la tradition hindouiste, et à la façon de les sonoriser en y

ajoutant la voix et des couleurs. J’ai pu ressentir dans le corps la vibration du son et sa résonance, et la dimension énergétique de ce travail m’est également apparue, me soulageant un peu de mes douleurs, et m’apportant un bien-être évident.

Je me suis rendue compte que cette façon d’associer du son à la pratique corporelle se retrouve dans d’autres cultures ou d’autres pratiques, comme par exemple le Tao ou le Qi Cong.

Puis tout cela a fini par prendre sens, comme un puzzle qui se reconstitue, et j’ai vu comment je pouvais me servir de toutes ces disciplines dans ma pratique musicale, et utiliser la vibration du son, sa résonance et ses harmoniques dans mon travail sur le saxophone.

Ayant compris également qu’un travail de rééducation était nécessaire pour réapprendre à souffler « à l’endroit » et ne

plus me faire mal, j’ai entrepris un travail de reconstruction progressive de ma façon de travailler.

 

Je désire aujourd’hui partager cette expérience, et donner à d’autres musiciens et musiciennes des outils pour repenser

leur rapport au souffle, au son, et à l’instrument.

(Je précise néanmoins que je ne suis pas médecin, et que pour tout problème de santé sérieux, un avis médical est nécessaire).

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now